SIESTES, carte blanche > Orval Cosmique @ JSLP

SIESTES - SIESTES - SIESTES - SIESTES - SIESTES


Discours d'inauguration de l'exposition SIESTES, cour du musée Quesnel-Morinière, samedi 20 mai 2017

Après la carte blanche aux musiciens de notre collectif (qui avait donné lieu au concert du Big Bang Cosmique dans les caves des Unelles l’année passée), l’équipe de Jazz sous les pommiers renouvelle sa confiance et son soutien à Orval Cosmique en nous offrant une carte blanche dans ce bel espace qu’est le musée Quesnel-Morinière. Pour nous, c’est cette fois-ci l’occasion de laisser s’exprimer les différents talents des membres du collectif qui, à défaut de cumuler les mandats, cumulent les savoir-faire (musique, installations artistiques, régie et médiation culturelle).

Nous souhaitons remercier chaleureusement toute l’équipe de JSLP et du musée pour leur confiance, leur bienveillance et leur soutien indéfectible. Nous sommes parfaitement conscients que les quelques moments de négociations délicates, où notre élan collectif a dû parfois se heurter à un certain réalisme, ne sont que la triste conséquence de restrictions budgétaires et de décisions politiques qui nous dépassent tous, artistes et médiateurs culturels. Si nous avons pu mener à bien ce projet avec JSLP, c’est aussi parce que nous avons toujours été conscients de poursuivre un but commun avec l’équipe du festival, celui de défendre l’idée d’une culture comme espace de créativité, de dialogue, de prise de risque et d’esprit critique vis-à-vis des dérives éthiques de nos sociétés contemporaines et de leurs élites.

En tant qu’enfants ayant grandi avec JSLP, c’est à travers la culture subventionnée que nous avons découvert le jazz, cet art qui a marqué et continue de marquer nos existences professionnelles et intimes. Aujourd’hui, en tant que collectif, nous avons plutôt tendance à défendre le principe de l’autogestion comme façon de se prémunir face à l’écueil de l’art calibré et bien-pensant. Toutefois, si le financement public n’est pas notre idéal ultime, nous croyons en son pouvoir transitoire dans un contexte capitaliste. Un financement public qui puisse aider à faire face à la culture commerciale aliénante et à rompre avec le système "producteur-consommateur" qui implique tant d’inégalités entre publics et entre artistes. C’est pourquoi la disparition de la question de la culture des récents débats politiques (ou sa triste instrumentalisation), en plus de nous inquiéter sérieusement, nous montre justement à quel point la culture constitue un enjeu politique.

Nous avons décidé de réfléchir et de créer autour du thème de la sieste. Celle-ci, dit-on, aurait des effets non négligeables sur la santé. Paradoxe : les sujets pratiquant la sieste seraient les plus éveillés. C’est cet éveil que nous défendons, regard avide en énergie critique et en volonté transformatrice. La sieste, pour nous, est moment de veille, de vigilance face à trop de sur-veillance. Car « si veiller est humain, sur-veiller bascule du côté de la déviance ». La sieste serait comme un état de veille face à un état de l’urgence perpétuelle. Cours moments d’évasion et de rêve face à des réalités toujours plus abusives, sournoises et socialement violentes. À la frontière entre lâcher-prise et prise de conscience, elle nous a paru incarner une dissonance nécessaire face aux antiennes de l’efficacité et de la concurrence qui résonnent tant dans nos têtes de citoyens trop systématiquement cantonnés au rôle de simples électeurs.

Au nom du collectif, nous vous souhaitons une très belle semaine de festival et vous convions chaleureusement à venir faire la sieste en musique à partir de jeudi prochain.



Nous y voilà, enfin ! A l'invitation du festival Jazz sous les pommiers et du musée Quesnel-Morinière, le collectif Orval Cosmique s'active depuis plusieurs mois pour vous préparer une belle surprise !

Pendant le festival, nous aurons la chance de pouvoir sortir de nos Bouillons habituels et de vous proposer trois après-midi de siestes musicales dans la cour du Musée : les jeudi 25, vendredi 26 et samedi 27 mai.

Au rythme d'un "petit dodo", comme en font souvent les enfants et parfois les plus grands, nous proposerons chaque jour des siestes sonores de 14h à 16h, des rêveries sonores de 16h à 18h et des réveils sonores de 18h à 20h. Pendant trois jours vous pourrez retrouver des têtes bien connues des Bouillons au sein de nombreuses formations créées pour l'occasion.

Et comme nous aimons aussi fabriquer des choses, nous investirons trois salles du musée et sa cour : vous pourrez déambuler et découvrir un projet scénographique, graphique et onirique articulé autour des multiples représentations que nous nous faisons de la sieste.

Ce projet se veut participatif et évolutif : grâce à diverses collaborations, nous inscrivons les habitants des alentours et les visiteurs dans le processus de création. [nb : l’exposition sera visible dès le 21 mai pendant les horaires d’ouverture du musée].

On ne vous en dit pas plus, mais sachez qu'en ce moment on voit la vie en jaune, bleu et gris …


Les musiciens du collectif Orval Cosmique ont imaginé et créé sept formations originales pour l'occasion de notre carte blanche pendant le festival Jazz sous les pommiers 2017.

Ainsi, à travers des siestes, des rêveries et des réveils sonores, vous retrouverez Dada Hamac, DILO ROMAN, Rémi Allain Solo, Morgane Carnet Duo, Kekokolawyaõ, Troposphère V, et Roda Minima du 25 au 27 mai dans la cour du musée !